FaceBook   Instagram   YouTube   Google+  
Acheter gelée royale - Les ruchers du Tigou - France
Forme & Bien-être
Acheter miel - Les ruchers du Tigou - France
Nos miels
Acheter nougat - Les ruchers du Tigou - France
Spécialités au miel
Hydromel produit sur l'exploitation à Giroussens - France, à partir de notre miel.
Les bouteilles

Peut-on se soigner avec du venin d'abeille ?

Le venin d’abeille est très connu pour la douleur qu’il procure en cas de piqure, et par les symptômes qui s’en suivent :
*- symptômes cutanés : gonflement parfois très important, urticaire et démangeaisons,
*- symptômes respiratoires : œdème dans la bouche et le larynx, œdème de Quincke, bronchospasme qui s’accompagne d’une sensation d’oppression thoracique

Sachant que « tout est poison, rien n’est poison : c’est la dose qui fait le poison »", le venin d’abeille pourrait-il être bénéfique à notre santé ?

Le venin d’abeilles, utilisé depuis la haute antiquité à nos jours

Bien avant JC, que ce soit en Chine ou en Grèce, des textes mentionnent le recours au venin d’abeilles. Hippocrate (460-377 av. J.-C.), recommandait le venin pour le traitement des douleurs articulaires.
Plus récemment, le médecin autrichien Phillip Terc, préconisait le venin contre les rhumatisme. Il a rédigé un rapport en 1888 pour présenter les observations effectuées pendant 25 années, sur plus de 500 patients.

Quelles sont les propriétés du venin d’abeilles ?

Le venin d’abeille contient plus de 40 substances actives, parmi lesquelles de nombreuses ont un impact physiologique. Le composant le plus abondant est un anti-inflammatoire appelé la melittine. Cette substance provoque la production de cortisol par le corps humain, permettant l’expression des mécanismes naturels de réparation. En tant qu’anti-inflammatoire, la melittine est 100 fois plus puissante que la cortisol (ou hydro-cortisol). La melittine peut ralentir la réaction inflammatoire du corps humain. C’est la raison pour laquelle le venin est aussi efficace dans le traitement des maladies inflammatoires, telles que l’arthrite.

Quelles sont les bases objectives des bienfaits du venin d’abeilles ?

Les données concernant l’efficacité de l’apithérapie reposent presque uniquement sur des preuves anecdotiques. Il n’y a pas d’études scientifiques qui en auraient démontré les effets thérapeutiques de façon vraiment probante. Toutefois, des recherches récentes ont permis d’identifier, en partie, les composants du venin qui seraient responsables de son action. Il contient en effet certains agents anti-inflammatoires, notamment l’adolapine et la mélittine. Reconnue pour être 100 fois plus puissante que l’hydrocortisone, la mélittine stimule la production de cortisol, qui agit aussi comme anti-inflammatoire. Le venin d’abeille est réputé pour son action tonifiante et stimulante. Il renforce le système immunitaire et aide l’organisme à se purifier.

L’allergie au venin d’abeille

Entre 2% et 5% de la population serait allergique au venin d’abeille. Rarement, l’allergie est aigüe et peut entrainer la mort. Il est donc indispensable de faire les tests avant de recourir au venin d’abeilles pour évier un choc anaphylactique.

L’utilisation du venin contre l’arthrite et la sclérose en plaque

Plus de 600 études ont été recensées dans l’utilisation du venin d’abeille contre l’arthrite. Seules une petite dizaine satisfont aux protocoles d’évaluation scientifique. Les effectifs sont souvent trop faibles, ce qui laisse top d’incertitude dans l’analyse statistique des bénéfices observés.
Contre la sclérose en plaque, les retours des patients traités avec du venin d’abeilles sont très positifs, mais là encore, aucune évaluation objective n’a encore été publiée.

L’utilisation du venin d’abeille serait-il du charlatanisme ?

Comme évoqué en introduction, et afin de vous faire votre opinion sur l’apithérapie, nous vous proposons de lire l’article publié sur www.charlatan.info qui se définit comme le site du scepticisme et de l’esprit critique : « La thérapie par le venin d’abeilles ». En s’appuyant sur l’analyse des études conduites sur souris notamment, les auteurs affirme qu’à ce jour rien ne permet démontrer objectivement le moindre effet avec le venin d’abeille contre la sclérose en plaque.